Articles de presse déjà paru sur la Seigneurie des Ondes

Le Figaro Magazine 11 avril 2014

Un charme poudré - La Seigneurie des Ondes

1 chambre et 3 suites familiales,de 90 à 130 €. La Seigneurie 35114 Saint-Benoît-des-Ondes, Ille-et-Vilaine (02.99.58.62.96 - www.la-seigneurie-des-ondes.net).
Voltaire y a vécu, il y a plein de pommiers dans le jardin, on vous sert le petit déjeuner maison en chambre ou au jardin dans des paniers à maquereaux...
Cet ancien prieuré abrite des chambres ravisantes,à 300 m de la baie du Mont-Saint-Michel. on peut se faire livrer des plateaux de fruits de mer. Les petits chiens sages sont acceptés.

Maisons COTE SUD / EST / OUEST - Avril - Mai - Juin 2010

par Claire Sordet
Photos Christophe Dugier

NUIT D'ETE AU PRIEURE

Aux marches de la Bretagne, sur la route de Cancale et de Saint Malo, la Seigneurie invite ses hôtes à naviguer en pays malouin. Une halte historique aux douces tonalités sur cette terre de grands voyageurs, de navigateurs et de corsaires

L'hôtesse des lieux, c'est l'antiquaire Françoise Busson. Sa famille ? Une lignée malouine intimement liée à l'histoire de la cité corsaire et de sa région. Du grand oncle René Duguay-Trouin, célèbre marin malouin sous Louis XIV, au grandpère Auguste Busson, l'un des plus grands armateurs de bateaux de pèche à Terre Neuve, la boucle est bouclée, les aïeux de Françoise, durant près de trois siècles, ont fait l'Histoire et les petites histoires de la region. La Seigneurie garde l'empreinte de cette vie aventureuse. Après maintes péripéties et transformations, elle a aujourd'hui la patine des maisons qui ont traversé les siècles. Pour conserver un esprit authentique, françoise a utilisé de nombreuses teintes de Farrow and Ball pour peindre les murs et patiner d'anciens meubles. Bleus pâle, délavé, ciel, Sainte Vierge, verts céladon, amande... les nuances poudrées ont l'élégances des teintes passées.
Le Prieuré fut construit au IX° siècle par les moines du Mont Saint Michel et achevé au XI° siècle pour protéger les gens du village des attaques anglaises. Véritable place forte, des souterrains le reliaient alors aux maisons du village. Quelques meurtrières témoignent encore aujourd'hui de cette fortification bien que le bâtiment ait été remanié jusqu'au début du XIX° siècle. Autrefois, il y avait une chapelle mitoyenne (eglise actuelle) et de nombreuses terres attachées à la propriété, mais avec le temps, elles se sont réduites comme peau de chagrin. Les querelles des évêques de Dol et de Saint Malo au sujet de la dîme sonnèrent le glas du prieuré. Les moines, harcelés et ecartelés, de guerre lasse repartirent au Mont saint Michel à la fin du XI° siècle, abandonnant à leur sort les lieux et les villageois. Coup de théâtre dans l'histoire familiale : entre alors en scène l'ancêtre de la famille paternelle de Françoise, Jean de Cherrueix, un aventurier parti faire fortune aux Croisades. S'étant illustré pour sa bravoure, il reçu les honneurs qui lui étaient dus et, anobli, on lui offrit le prieuré abandonné.
Depuis trois ans, Françoise reçoit des hôtes dans trois suites indépendantes en dupleix, décorées avec un goût exquis de meubles peints des XVIII° et XIX° siècles. Dormir dans ces belles chambres aux teintes surannées, c'est un peu voyager dans le temps, pour revenir à ce qui etait beau et précieux. Les draps brodées en lin ancien sont rincés à l'eau de verveine, les edredons sont douillets et les boutis fleuris. Les salles de bains au charme désuet ne négligent pas pour autant le confort moderne. Et le petit déjeuner est déposé à l'heure souhaitée dans un grand panier de pêche aux maquereaux, fabriqué par un vieux vannier de Cancale.

GUIDE DE CHARME - Editions Payot & Rivage - 2008, 2009 et 2010

Maisons d'hôtes de charme - FRANCE

A trois cents mètres de la mer, dans un des hameaux bordant la baie du mont Saint Michel, la propriété se devine derrière ses hauts murs de granit. Des parties du XVII°, d'autres du XVIII°, et du mobilier d'époque, chiné par la maîtresse des lieux, antiquaire de métier, de passion. Avec son mari, la retraite venue, elle a entrepris de retrouver les teintes des patines d'alors, et le decor des suites est devenu une habile reconstitution des maisons de village de l'époque, avec des lavabos, des baignoires, des éviers anciens, du linge et des tissus retrouvés dans les salles des ventes et les brocantes (on notera que l'une des chambres est accessible par une échelle de meunier) C'est avec un plaisir très communicatif que l'on vous accuueillera ici, et qu'au matin vous trouverz vos paniers du petit dejeuner, confectionnés avec beaucoup de gourmandise, d'originalité. Le soir, il suffit d'aller sur le port de Cancale pour satisfaire ses envies de poissons et de fruits de mer.

MAISONS A VIVRE CAMPAGNE - Décembre 2009

Reportage de Flore PALIX

AU VENT SALE

Non loin des marées galopantes de la baie du Mont Saint Michel, bien à l'abri des bourrasques iodées de Saint Benoit des Ondes, on se plait à se pelotonner dans les chambres de Françoise Busson, adorable hôtesse, pour un séjour royal et exqui où il fait bon se mettre au chaud.

Jusque sous les combles, les tonalités poudrées participent à la douceur de l'atmosphère

Le linge ancien brodé et les taies monogrammées sont rincées à l'eau de verveine ! Une délicatesse qui en dit long sur la personnalité de la maitresse des lieux

FRANCE 5 - QUESTION MAISON - 21 DECEMBRE 2008

La visite chez Françoise Busson près de Saint Malo

Après de nombreuses transformations au fil des époques, un prieuré du IX° siècle connait une nouvelle vie grâce à une ancienne antiquaire.

Les ancêtres de Françoise Busson, corsaires et armateurs ont marqué l'histoire de cette région. Aujourd'hui, sa demeure l La Seigneurie propose un voyage dans le temps pour revenir à ce qui était beau et précieux autrefois.

Et c'est plus particulièrement les XVIII° et XIX° siècles qu'elle a choisi de valoriser grâce à un veritable cabinet de curiosités, avec des objets rares, des lits anciens et des salons aux teintes surannées, sans négliger toutefois le confort moderne.
FRANCE 5

ELLE - Decembre 2008

Pour les détails raffinés

Antiquaire passionnée par le XVIII° siècle, Françoise Busson a aménagé, avec un goût exquis dans une aile de sa Seigneurie, demeure ancienne proche de la baie du Mont Saint Michel. Deux d'entre elles donnent sur le jardin, plein sud. Si une seule dispose d'un lit à baldaquin, chacune comporte une kitchinette. Le luxe ici, réside dans le raffinements des détails ; linge ancien repassé et amidonné à la verveine et petit dejeuner servi dans des panniers à maquereau ON AIME : Quand l'art de vivre raffiné n'exclut pas le wifi.


ELLE - Octobre 2008

Escapades

La Seigneuries
Pour dormir dans des murs du XVI° et XVIII° siècle Saint benoit des ondes 35
www.la-seigneurie-des ondes.net

ELLE - Septembre 2008

Une Petite Folie

La charmante propriétaire de cette chambre d'hôtes est une ancienne antiquaire qui a decoré chaque chambre de meubles anciens. Dans les murs du XVI et XVIII° siècle, laissez vous séduire par ce charme à nul autre pareil. Le linge ancien fleure bon le tilleul ou la verveine et le thè est servi dans un service en argent massif.




Maisons COTE OUEST - Aout 2008

par Claire Sordet
Photos Christophe Dugier

NUIT D'ETE AU PRIEURE

Aux marches de la Bretagne, sur la route de Cancale et de Saint Malo, la Seigneurie invite ses hôtes à naviguer en pays malouin. Une halte historique aux douces tonalités sur cette terre de grands voyageurs, de navigateurs et de corsaires

L'hôtesse des lieux, c'est l'antiquaire Françoise Busson. Sa famille ? Une lignée malouine intimement liée à l'histoire de la cité corsaire et de sa région. Du grand oncle René Duguay-Trouin, célèbre marin malouin sous Louis XIV, au grandpère Auguste Busson, l'un des plus grands armateurs de bateaux de pèche à Terre Neuve, la boucle est bouclée, les aïeux de Françoise, durant près de trois siècles, ont fait l'Histoire et les petites histoires de la region. La Seigneurie garde l'empreinte de cette vie aventureuse. Après maintes péripéties et transformations, elle a aujourd'hui la patine des maisons qui ont traversé les siècles. Pour conserver un esprit authentique, françoise a utilisé de nombreuses teintes de Farrow and Ball pour peindre les murs et patiner d'anciens meubles. Bleus pâle, délavé, ciel, Sainte Vierge, verts céladon, amande... les nuances poudrées ont l'élégances des teintes passées.
Le Prieuré fut construit au IX° siècle par les moines du Mont Saint Michel et achevé au XI° siècle pour protéger les gens du village des attaques anglaises. Véritable place forte, des souterrains le reliaient alors aux maisons du village. Quelques meurtrières témoignent encore aujourd'hui de cette fortification bien que le bâtiment ait été remanié jusqu'au début du XIX° siècle. Autrefois, il y avait une chapelle mitoyenne (eglise actuelle) et de nombreuses terres attachées à la propriété, mais avec le temps, elles se sont réduites comme peau de chagrin. Les querelles des évêques de Dol et de Saint Malo au sujet de la dîme sonnèrent le glas du prieuré. Les moines, harcelés et ecartelés, de guerre lasse repartirent au Mont saint Michel à la fin du XI° siècle, abandonnant à leur sort les lieux et les villageois. Coup de théâtre dans l'histoire familiale : entre alors en scène l'ancêtre de la famille paternelle de Françoise, Jean de Cherrueix, un aventurier parti faire fortune aux Croisades. S'étant illustré pour sa bravoure, il reçu les honneurs qui lui étaient dus et, anobli, on lui offrit le prieuré abandonné.
Depuis trois ans, Françoise reçoit des hôtes dans trois suites indépendantes en dupleix, décorées avc un goût exquis de meubles peints des XVIII° et XIX° siècles. Dormir dans ces belles chambres aux teintes surannées, c'est un peu voyager dans le temps, pour revenir à ce qui etait beau et précieux. Les draps brodées en lin ancien sont rincés à l'eau de verveine, les edredons sont douillets et les boutis fleuris. Les salles de bains au charme désuet ne négligent pas pour autant le confort moderne. Et le petit déjeuner est déposé à l'heure souhaitée dans un grand panier de pêche aux maquereaux, fabriqué par un vieux vannier de Cancale.

Carnets de charme BRETAGNE - 2008

de Sebastien Sirraudeau

La Seigneurie
On y vient d'abord pour chiner. Une cheminée, un trumeau patiné ou une chaise en fer forgé. On y reste pour roucouler. Deux chambres - suites au luxe connaisseur, des draps brodés anciens et une degustation d'huitres offerte pour un sejour d'un week-end. Les mois en "R" bien sur.

Saint Benoit des ondes / 02 99 58 62 96

Hors-serie TERRE DE BRETAGNE - 2008

de LARA BRUTINOT

ATMOSPHERE...
Dans l'ancien presbytère du village, ayant appartenu à sa famille ily a des siècles de ça, Françoise Busson a réaménager quelques chambres et appartements de grand, grand charme. Ancienne antiquaire, fureteuse de gout passionnée, elle a recrée ici une atmosphere du xvii° siècle de campagne, avec sur les bois des peintures aux teintes de l'époque, mates et élégantes, des timbres d'office en guise de lavabo, des baignoires anciennes et des meubles de tous styles- jamais criards, jamais cliquants.
La maison est l'une des plus anciennes du village, située juste en face de l'eglise, fondée au Moyen Age par les benedictins de l'abbaye du Mont Saint Michel. Après quelques années d'abandon, elle a repris vie avecle retour de croisade de Jean de Cherrueix, qui devint le premier seigneur de Saint Benoit. On retrouve encore sur la propriété une splendide porte du XV), et un original "trehori" peti e logement en surplomb de la pièce pricipale. Un havre de choix au rebord des grèves du Mont Saint Michel, à quelque minutes de Cancale seulement. Avec un jardin qui ravit tous les enfants, riche en cachettes, en jeux, et autres menus plaisirs d'antan.
LB

MAISONS A VIVRE CAMPAGNE - Mai Juin 2007

Halte de rève

Bien à l'abri des bourrasques iodées de Saint Benoit des ondes, non loin des marées galopantes du Mont Saint Michel, se cache une adresse rare et précieuse. Bienvenu chez Françoise Busson, adorable hôtesse, pour un séjour royal et exquis.

Si la petite ville de Cancale détient avec l'établissement de Roellinger l'un des restaurants les plus cotés du grand ouest, le village de Saint Benoit des ondes recèle lui une vraie merveille d'hospitalité. Rien que le sourire et la bienveillance de la maitresse des lieux suffiraient à décrocher les plus hautes distinctions tant il est rare de rencontrer pareille générosité. Cette gentillesse qui réchauffe le coeur, Françoise Busson, ancienne antiquaire passionnée, la revèle chaque jour à tous ses hôtes depassage aussi heureux d'investir la beauté des lieux que de faire si précieuse connaissance. Avc sa senbilité d'artiste, sa volonté de fer, et ses yeux d'experts pétillants, Françoise n'a eu de cesse de relever, bichonner, meubler, embellir une grande demoiselle dont les fondations datent de plus de 800 ans. A son chevet depuis une vingtaine d'annees, Françoise a pu, par une chance incroyable, racheter cette superbe bâtisse, véritable miroir généalogique de toute son histoire familiale depuis des générations. Essoufflée et mal enpoint, la Seigneurie retrouve enfin, avec sa nouvelle proprietaire, protection et dévouement. Seule, Françoise ne peut faire face à la montagne des travaux qui s'imposent et fait appel pour le gros oeuvre à la compétence d'un entrepreneur soucieux de preserver au plus près le cachet de la bâtisse. Autre amoureux des belles chose, ce prince à la rescousse des deux belles finira par ne plus les quitter. De cette rencontre romanesque est née une complémentarité parfaite. Michel met un terme aux plus gros travaux tandis que Françoise, insatiable, presque un pinceau dans chaque main, inonde les murs de couleurs, dispose meubles, tentures, toiles ou objets précieux au rythme de ses trouvailles et au grès de son inspiration. En parallèle, elle ouvre dans l'une des dépendances sa boutique d'antiquités ou se côtoient mobilier, boiseries et objets de' decoration des XVII et XVIII° et XIX° siècles et fait de la Compagnie des Indes l'une de ses specialites. Passant la main à son fils qui navigue entre le Marché de Saint Ouen et celui de Saint Benoit, Françoise décide de transformer une partie des bâtiments en chambres d'hôtes. Trois suites, dont deux indépendantes équipées chacune d'une petite kitchenette, sont aménagées en duplex avec un raffinement extrème. Les teintes surannées et tendres, entre vert amande, vert d'eau, gris tourterelle et rose ocré, renvoient une lumière douce et enveloppante. De grandes tentures de lin bis ou de voiles de coton transparents habillent les pièces ou s'élèvent en dais majestueux pour encadrer des nuits royales. A la Seigneurie, rien n'est laissé au hasard et tout respire la générosité et le goût des autres. Le petit déjeuner, servi dans de grands paniers de pèche à maquereaux, propose toutes les douceurs matinales imaginables et peut être pris à l'ombre des pommiers lorsque le temps se fait plus doux. Soucieuse du bien être de ses invites, Françoise les comble enfin d'un raffinement extrème : linge ancien brodé et taies monogrammées sont rincés à l'eau de verveine. Une délicatesse unique qui en dit long sur la personnalité de la maitresse des lieux. La Seigneurie fait décidement honneur à son nom : vous serez accueillis comme des rois par une reine de l'hospitalité rare, touchante et attachante. Une adresse unique, romantique et mémorable.

Reportage : Flore Palix

LE GUIDE LATITUDE Breagne - 2007

de Marie Christine Biet

SAINT BENOIT DES ONDES

Le logis de la Seigneurie
Françoise Busson-Wagner est antiquaire, paaionnée par le XVIII° siècle. Elle a aménagé avec un goût exquis trois suites dans une aile de sa vieille demeure. La plus grande donne directement sur le jardin. L'une dispose d'un lit à baldaquin. Chacune comporte une kitchenette. Mais l'essentiel réside dans le raffinement des détails : linge ancien repassé et amidonné à la verveine, petit déjeuner servi dans un panier à maquereau.

COTE OUEST - AOUT 2006

Sur les traces des corsaires

Oyez, oyez ! Du très haut de sa longue histoire, la Seigneurie invite ses hotes à naviguer en pays malouin, de Saint malo à Cancale. Un prieure à découvrir derrière ses murs de granit.
L'hôtesse des lieux, c'est l'antiquaire Françoise Busson. Sa famille ? Une lignée malouine intimement liée à l'histoire de la cité corsaire et de sa région, issue de la vieille noblesse bretonne désargentée et qui s'enrichira au XIX° siècle grace à des mariages roturiers avec des hommes rudes et courageux, les nouveaux aventuriers du pays malouin et de Cancale, pécheurs terre-neuvas devenus riches armateurs. La Seigneurie garde l'empreinte. Après avoir vécu péripéties et transformations au fil des années, elle a aujourd'hui la patine et l'âme des maisons qui ont passe les siècles tout en gardant leur âme. Aujourd'hui, chacun peut profiter de l'austère élégance des lieux. Françoise vien t d'ouvrir deux suites independantes en dupleix avec kitchénettes équipées, decorées avec un goût exquis de meubles peints du XVIII et XIX° siècle. Les draps brodés anciens sont rincés à l'eau de verveine, les douillets édredons et des boutis fleuris comblent l'impression de raffinement. Les salles de bains au charme désuet ne négligent pas le confort moderne. Le petit dejeuner est disposé dans un grand panier de pèche aux maquereaux, fabriqué par un vieux vannier de Cancale, on peut ainsi le prendre dans sa suite ou , lorsque le temps le permet, sous les pommiers du jardin.

L'EXPRESS - MAI 2006

Saint Benoit des ondes
La Seigneurie

On vient ici pour chiner une cheminée ou une chaise en fer forgé... Car la Seigneurie est d'abord une brocante élégante de la baie du Mont Saint Michel. Pas seulement : Françoise Busson a mis en scène son goût des objets dans deux suites situées dans ce prieuré du XII° siècle. Le raffinement du lieu tient aux draps anciens brodés, à l'histoire d'une malle de voyage posée au bout du lit et ..... à la degustation d'huitres (de Cancale) offerte pour tout séjour de deux nuits dans ce nid précieux (les mois en "r", bien sûr) La Seigneurie des ondes 02 99 58 62 96


Copyright © - 2010 - Tél. 02 99 58 62 96 ou 06 72 43 06 97

      Maintenance Informatique